Pourquoi le JJB est de plus en plus pratiqué en France ?

pratiquants de jjb

Dans les sports de combat, le statu quo est souvent de mise et les disciplines comme le karaté, la boxe ou le judo connaissent des changements minces au niveau de leur nombre de pratiquants.
Un ovni, le jiu-jitsu brésilien (souvent écrit JJB) vient tout chambouler en France. Encore méconnu il y a 20 ans, il est aujourd’hui le fruit de la création de nombreux clubs sur le territoire. Pourquoi cette tendance ?

La forte notoriété de l’UFC et du combat libre

La fédération privée américaine de l’UFC est adorée par les jeunes amateurs de combat et ses réunions sont vues par des millions de fans dans le Monde. Mettant en avant le MMA (Mixed Martial Art, souvent appelé combat libre en France), elle a des règles moins strictes que les sports de combat traditionnels.
Se déroulant dans une cage, les combattants viennent d’horizons variés. Ainsi, à ses débuts, des combats entre un karatéka et un judoka, ou un boxeur contre un kickboxer, faisaient le bonheur des spectateurs pour des combats stéréotypés.
Puis, un combattant de JJB, Royce Gracie, issu d’une famille de spécialistes de la discipline, est venu tout chambouler. Il a enchaîné les victoires, non pas par KO, mais par des soumissions techniques et un niveau combat au sol impressionnant.
Depuis, tous les combattants de l’UFC pratiquent le Jiu Jitsu Brésilien. Ne pas maîtriser cette discipline équivaut à se tirer une belle balle dans le pied.
Actuellement, le MMA est interdit en compétition en France, car il est jugé trop dangereux. En revanche, ce n’est pas le cas du JJB. Il suffit de choisir son kimono JJB, de d’inscrire dans un club pour le découvrir. C’est un acte fait avec joie par une multitude de français.

Tous sur un pied d’égalité

Les frères Gracie ont montré qu’avec le jiu-jitsu brésilien, il était possible de battre n’importe qui. C’est une belle leçon de vie, mais aussi une arme de défense redoutable.
Des personnes peu attirées par les cours de défense s’orientent donc vers le JJB. De plus, contrairement à d’autres sports de combat comme la boxe thaïlandaise, il n’y a pas de véritables coups directs risquant de vous casser le nez ou une dent.
Tout est une question de technique. Les combattants rivalisent de feintes, de tenues et de projetés au sol afin de soumettre l’adversaire par une clé de cheville, de bras, de jambe ou un étranglement.

Des valeurs de respect et de combat

Pour un néophyte, un sport de combat consiste à exprimer sa violence. Or, c’est bien plus que cela et le JJB en est une belle preuve.
Il démontre que tout est possible qu’importe son physique. Il suffit d’avoir de la connaissance, de la confiance et de faire preuve de persévérance.
Comme dans la plupart des sports japonais (le jiu-jistu brésilien tire ses origines des disciplines japonaises du judo et ju-jitsu), il y a un réel attachement à son maître. Il apprend les techniques, mais pas uniquement. Son apprentissage est une leçon de sagesse.
D’ailleurs, ce sport très présent dans les quartiers populaires français est une vraie aide pour certains jeunes en difficulté.