Les Mauriciens sont à 200% pour la coupe de la COSAFA

stade ile maurice

Depuis quelques années, deux pays de l’océan indien se font remarquer à travers leur équipe de football. Pendant ce temps, l’île Maurice, qui a été le pionnier en la matière en étant la première sélection à être qualifiée pour une phase finale de la CAN en 1974, est aux abonnés absents.
Ce constat est d’autant plus amer que les Mauriciens se sont décidés à participer à la coupe de la COSAFA qui est organisée en Afrique du Sud. Réalité ou simple enthousiasme ? Le débat est lancé.

Une prise de conscience des Mauriciens

Il était temps pour les Mauriciens de prendre conscience de leur potentiel et de comprendre que si des pays comme le Cap vert, Madagascar ou les Comores ont réussi à sortir la tête de l’eau sur le plan footballistique, c’était aussi possible pour eux.

En effet, le Cap vert, par exemple, faisait partie des outsiders des éditions 2013 et 2015 de la Coupe d’Afrique des Nations. Que dire des deux autres qui ont offert des prestations pour le moins révélatrices, et ce, en dépit de plusieurs facteurs qui n’allaient pas en leur faveur :

  • Manque ou faiblesse des moyens financiers alloués
  • Petitesse de la marge de manœuvre sportive

Aucun de ces obstacles n’a suffi à freiner leur ardeur. Aussi, l’Île Maurice ne peut pas se cacher derrière ces raisons pour se défiler d’autant plus qu’actuellement, le pays est classé à la 45e place au plan continental et au 150e rang au plan mondial. Il est temps de prendre les choses en main, quel que soit le temps que cela prendra.

Une évolution lente et des perspectives encourageantes

C’est bien d’avoir de l’optimisme, mais c’est encore mieux de mettre les chances de son côté. Les événements actuels n’augurent pas d’un bon départ, car, pour l’édition 2019, l’Île Maurice s’est déjà fait éliminer par les Comores. Mais il reste encore une chance de mettre à profit les enseignements de cette défaite et de marquer sa présence au CHAN 2018 organisé par le Kenya. À ce propos, les choses semblent reprendre du poil de la bête.

En effet, l’Île Maurice marque un bon départ grâce à sa victoire dans la double confrontation face aux Îles Seychelles par des scores de 2-1 et 1-1. Toutefois, le plus dur reste à venir, car dans quelques jours, l’équipe mauricienne devra croiser le crampon avec l’équipe angolaise. Si elle arrive à passer ce cap, l’Île Maurice pourrait affronter le vainqueur du match entre le Mozambique et Madagascar.

Si pour le moment, les Mauriciens sont optimistes sans être confiants, ils comptent sur les matches de la Coupe de COSAFA pour s’entrainer et mettre le maximum de chance de leur côté. Ils comptent également sur les soutiens au football local dont la plupart sont des acteurs de poids comme :

  • L’État mauricien lui-même
  • La banque Barclays

Il serait peut-être temps pour les mauriciens qu’ils soient aussi connus pour leur football que pour leur tourisme.

Pour poursuivre la lecture :